Western USA, on the road...

01 Juil. 2016

Mise en garde (et ça vaut pour tous les articles du blog) : avant de commencer cet article, je voudrais dire aux lecteurs désireux de tenter une telle aventure et qui viendraient par là pour s'informer, d'éviter la rubrique "Pictures" du blog. Et oui, ATTENTION, spoiler. Il est parfois plus appréciable de ne pas trop en savoir afin de préserver ce que j'appelle l'effet « Wow! » (de surprise). L'ignorance a parfois du bon ;)

« We did it! ». Jean-Baptiste et moi avons fait l'expérience incroyable d'un road trip de 26 jours dans le Grand Ouest américain. Pour vous donnez une idée du parcours, rien de tel qu'une petite Google Map. Les points rouges pour le voyage ALLER et les points jaunes pour le RETOUR. Point de départ et d'arrivée : Augusta, Géorgie.

Pour ceux qui se poseraient encore la question, je confirme notre traversée des Etats-Unis dans sa largeur (Aller/Retour). Certains y verront une idée un peu folle à la limite du raisonnable, d'autres, simplement un long voyage. Après expérience et y avoir survécu, et même si parfois la route peut sembler très longue (à cause des Highways interminables), la chose est loin d'être impossible à condition d'être armé d'une bonne playlist audio et d'un gentil passager toujours prêt à vous divertir. Je ne sais plus combien d'heures de route on a cumulé, tout ce que je peux vous dire c'est que le compteur final affichait approximativement 7,200 miles soit environ 11500 km.

Comment se prépare un tel voyage ?

Et bien, j'ai envie de dire, c'est selon les goûts. On aurait très bien pu partir à l'arrache, en ayant juste pour objectif de rallier la côte Ouest, mais à partir du moment où l'on a commencé à se documenter, nous avons cumulé un trop grand nombre de sites à visiter pour laisser place à de l'improvisation. Résultat des courses, on s'est retrouvé avec un programme détaillé quasiment au jour le jour. Voulant rester libre de changer notre parcours en cours de route, nous avons aussi fait le choix de ne faire aucune réservation d'hébergements mise à part nos 2 nuits de camping dans le Parc de Yosemite. Sachant que la 4G de notre téléphone ne fonctionnerait pas partout, nous avons aussi réalisé un mini-annuaire "hébergements" avec campings, hôtels et parkings de Walmart situés aux alentours de nos points d'arrêt. Beaucoup de blogs conseillent également de créer un tableau de distances répertoriant les principales étapes du parcours. C'est une grande idée. Nous nous y sommes souvent référés. Pendant le voyage, nous avions aussi un peu de documentation imprimée et numérique (cartes et infos diverses), des guides touristiques papiers et un Road Atlas Michelin (vraiment super pratique). Sans oublier mon site web favori qui n'est autre que le National Park Service Website.

Hébergement, on dort où ce soir ?

monument valleyMultiples. Majoritairement dans des campings "first-come, first-served" de State/National Parks ou des campings privés, parfois dans des motels, et certaines fois dans notre voiture sur des parkings de Walmart ou de stations-service. Au mois de Juin et dans des lieux souvent hyper touristiques, le challenge de trouver un endroit où dormir ne fût pas toujours facile à résoudre. Voici nos conseils si vous tentez l'aventure sans réservation préalable et avec un budget limité :
1) avoir du matériel de camping : tente, matelas, sacs de couchage etc. Les parcs d'états et nationaux sont légion aux Etats-Unis, et il est quasi toujours possible de trouver un spot pour sa tente. Exception à la règle cependant pour les National Parks tels que Zion, Bryce, le Grand Canyon ou Yosemite, où il faut prendre ses précautions et se rendre très tôt le matin aux portes des "1st-1st campgrounds" pour avoir une chance de trouver une place pour la nuit. Prévoir des quarters (25 cents) pour la douche : $2.00 pour 8 ou 16 min de débit. La Californie étant sous restriction d'eau, les parcs ont remplacé les toilettes réglementaires par des toilettes sèches, et ont banni l'accès aux douches ;
2) louer une voiture assez grande pour pouvoir y installer vos "pads" (= matelas) de camping si un soir vous êtes trop fatigués pour continuer la route ;
3) préférer les hôtels/motels des quartiers périphériques des grandes villes touristiques ou privilégier les auberges de jeunesse si vous voulez éviter un trou dans votre budget vacances.

Le coeur du sujet : notre carnet de voyage.

Le voyage en mille et une étapes. Nan, il n'y en a pas eu autant, mais nos nuits furent généralement assez courtes : 5 jours de voyage, 21 jours effectifs de visites et 12 états traversés. Vous l'aurez compris, le thème de ces vacances, ça n'était pas vraiment "farniente" mais plutôt "découverte de paysages extraordinaires". Et avec ce "classic american road trip", on peut dire qu'on a été bien servi.

SEMAINE 1

Canyon de Chelly, AZ
Ce canyon est situé en territoire Navajos (comme pour Monument Valley ou Wupatki National Monument). Un seul trail de 2.5 miles (le White House Trail)  donne accès à un ancien "pueblo" et permet de descendre jusqu'au fond du canyon. Au coeur des paysages rocheux, cette rando est la meilleure façon d'expérimenter l'endroit. La "scenic drive" qui borde le canyon offre également d'excellents points de vue. On peut même y apercevoir d'anciens villages construits dans la roche. Des Navajos proposent aussi une découverte du site en 4x4 ou à pieds à travers des chemins accessibles uniquement accompagnés. Le Canyon de Chelly fût aussi le premier canyon de notre vie. Souvenir inoubliable. Il fût notre premier effet "wow!" des vacances !

Monument Valley, UT
John Wayne a tellement contribué à la notoriété de cette place que la boutique de souvenirs vend toujours des objets à l'effigie de l'acteur. Véritable décor de Western pour nous, pour les Navajos, Monument Valley est un endroit sacré. Nous prenons le parti de visiter ses drôles de formations rocheuses très tôt le matin car il fait très très chaud. D'abord à pieds, avec la Wildcat Trail qui fait le tour de la West Mitten Bute, une petite loop de 3.2 miles. Puis, avec la voiture, en empruntant la "scenic drive" de 17 miles qui traverse une partie de cet incroyable décor. Faire du camping à cet endroit est aussi une excellente idée, les couchers de soleil comme les levers y sont tout simplement sublimes.

Grand Canyon, AZ
grand canyonQui n'a jamais entendu parler du Grand Canyon ? Encore un truc que l'on a rayé de notre "bucket list". Côté South Rim, on y arrive un soir un peu avant le coucher de soleil, un moment à ne pas manquer bien sûr. Nous avons eu la chance de tester 2 spots de Sunset : le Yavapai Point le 1er soir, et, le Moran Point sur la Desert View Drive le 2nd soir. Parce que pas encore tout à fait en jambes pour une grande randonnée, nous nous limitons à faire un tout petit bout du South Kaibab Trail connu pour offrir de nombreux panoramas sur le canyon. Mais on est bien d'accord que le meilleur est probablement de descendre jusqu'à la rivière Colorado (où il vous faudra un permis si vous souhaitez rester camper). Comme on a joué un peu les "feignasses" sur ce coup, on a du temps pour faire à pieds et en bus la Hermit Road, et de longer également le Trail of Time, une belle petite promenade pour bien comprendre la géologie du site. Le second soir, on est resté au Visitor Center pour assister à une animation sur l'observation des étoiles : "Star Party". Ce soir là, le ciel nous a paru immense et abondamment étoilé (l'effet "désert"). Avec l'aide d'astronomes professionnels et amateurs, nous avons observé grâce à de puissants télescopes : Saturne, Jupiter, Mars et les cratères de la Lune.

Page, AZ
Page rime avec Antelope Canyon, Horseshoe Bend et Lake Powell. Ah bah non ça rime pas, ni en anglais ni en français. Tout ça pour vous dire, que ce sont vraiment les 3 choses à voir du côté de Page. Le "number 1" étant bien entendu Antelope Canyon : une balade au coeur d'une formation rocheuse creusée par l'eau et dont la beauté rougeoyante se révèle grâce aux rayons du soleil.

Bryce Canyon, UT
Avant de nous rendre à Bryce Canyon, nous faisons un court détour jusqu'à Coral Pink Sand Dunes, des dunes de sable rose. L'expérience est magique. Elles apparaissent un peu comme ça, au milieu de nulle part. Le sable est incroyablement fin et d'une couleur oscillant entre le rose et l'orangée. C'est très beau et surtout tellement inattendu.
Bryce est aussi un endroit à ne pas manquer. C'est à travers le Queen's Garden Trail combiné au Navajo Trail qu'on va en faire sa découverte. Les couleurs ocres, blanches et grises combinées aux colonnes de roche formées par l'érosion (les "hoodoos") donnent à ce paysage un caractère irréel. La randonnée est d'un niveau facile, et il n'est pas rare d'y croiser dans la partie boisée des chipmunks prêt à bondir pour ramasser une miette de votre goûter :)

Zion Canyon, UT
zionSi vous allez à Zion, prenez le temps de faire la route panoramique de 9 km... c'est ce que disaient nos guides papiers. On a bien pris cette route mais en 4ème vitesse afin d'être au plus tôt au sein du parc, et ainsi, nous assurer une place de camping pour la nuit. Parfois, il faut choisir... Au programme de cette étape, et bien je vous le donne en mille : des randonnées. Si t'aimes pas la rando, tu peux aussi descendre une partie de la Virgin River en bouée. Un jour de plus, et on tentait l'expérience ! Zion Canyon est connu pour ses parcours de randos vertigineux, la plus célèbre étant le Angel's Landing Trail. N'étant pas totalement à l'aise avec l'idée de marcher à quelques centimètres du vide pendant toute une randonnée, on a préféré choisir d'autres options de balade. D'abord, les pieds dans l'eau pendant 4h00 afin d'accéder aux Narrows, puis au cours d'une matinée entière avec un trail de 8 miles A/R : Observation Point Trail qui donne un excellent point de vue sur le canyon. L'accès à tous les trails se fait en empruntant la "scenic drive" via le système de bus gratuit mise à disposition par le parc. Les trails en détails :
- les Narrows de Temple of Sinawava jusqu'à Floating Rock, environ 4h00 de marche A/R. Arrêt bus : Temple of Sinawava (au bout de la "scenic drive"). Si vous souhaitez faire le trail au complet qui part de Chamberlain’s Ranch jusqu'à Temple of Sinawava, il sera nécessaire d'obtenir un permis. Ce parcours fait 16 miles, soit une douzaine d'heures de marche. Avant toute rando dans les Narrows, il est préférable de bien protéger ses affaires dans des pochons étanches, d'avoir de bonnes chaussures de marche et d'être équipé d'un bâton.
- Observation Point Trail. Sur la papier, cette rando est annoncée comme "strenuous", c'est-à-dire ardue en raison de passages plutôt abruptes (dénivelé : 655 mètres) et une longueur de 12,9 km. En le faisant le matin à la fraîche, on s'est épargné la fatigue liée à la chaleur. Pour de bons marcheurs, le parcours peut se faire facilement en 5 heures. Arrêt bus : Weeping Rock.

St George, UT
Sur les traces des dinos. Parce qu'on avait besoin d'une petite pause fraîcheur dans un endroit à l'ombre et climatisé, nous n'avons pas trouvé meilleure idée que de s'arrêter au St George Dinosaur Discovery Site. Ce musée abrite un site de fouille encore actif dont la particularité est d'avoir mis en exergue un nombre très important de traces de dinosaures datant du début du Jurassique, principalement d'Eubrontes et de Grallator. Ouahhh ! Des traces de dinosaures ! En fait, rien d'exceptionnel à trouver ce genre d'empreintes dans le coin. D'ailleurs, nous n'en sommes pas à nos premières traces puisque notre guide Navajo à Antelope Canyon nous en avait déjà montrées. La particularité à St George, c'est quand même leur concentration.

SEMAINE 2

Las Vegas, NV
"Sin City" et ses hôtels/casinos. Tout est dans la démesure et la profusion. Son excentricité est sa raison d'être. Elle ne ressemble à aucune autre. Vivre la nuit est la meilleure façon de profiter de cette exubérante ville, et c'est ce que l'on vous conseille de faire si vous voulez vraiment la découvrir. Pour en profiter, le plus pratique est d'avoir un hôtel sur le Las Vegas Bd alias "le Strip", là où tout se passe. A la dernière minute, notre dévolu s'est posé sur Le Flamingo, connu pour être le premier hôtel construit à Las Vegas. A part déambuler dans les rues et dépenser tout son argent dans les magasins de luxe et les casinos, le touriste sera heureux d'apprendre qu'il y a aussi quelques musées à Las Vegas : le Mob Museum (musée de la mafia), le Neon Museum (cimetière de vieilles enseignes lumineuses) ou encore l'Atomic Testing Museum (rappelant les essais atomiques effectués aux abords de Las Vegas dans les années 50). Et à partir de 19h00, rendez-vous à Fremont Street pour profiter d'un son et lumière démesuré, de spectacles de rue déjantés ou d'un tour en tirolienne qui vous fera traverser la rue dans toute sa longueur. Parmi les hôtels visités, nous retenons The Venitian pour son architecture et ses gondoles, et le Golden Nugget pour la pépite d'or et la piscine dont le toboggan traverse un aquarium de requins. Malheureusement, nous n'avons pas pu assister à l'animation des fontaines du Bellagio mais au regard de l'énormité du bassin, on devine la grandeur du show.

Death Valley, CA
10 Juillet 1913. Température record enregistré à Furnace Creek, Death Valley : 56,7°C.
death valleyJuin 2016. Expérience aussi hallucinante qu'éprouvante. Dans la journée, le thermomètre de notre voiture va nous indiquer jusqu'à 53°C. Un bon stock d'eau est donc nécessaire. Nous limitons notre expérience de la vallée à sa partie Sud. D'ailleurs, le fameux Scottys Castle, un peu plus au Nord, est fermé au public suite aux énormes dégâts qu'il a subi après la tempête d'Octobre 2015. Nous nous arrêtons d'abord à Dante's View pour un panorama sur la vallée, puis nous continuons logiquement notre route jusqu'à Zabriskie Point. Cet endroit offre une vue à 360° sur des montagnes colorées et érodées en vagues. A cet instant, nous doutons encore être sur Terre. Et puis, arriva le moment où nous fûmes au coeur de la vallée, à Badwater Basin. Un bassin d'eau salée complètement asséché en Eté. Accessoirement, il est aussi le point le plus bas des Etats-Unis, puisqu'il se trouve à 86 mètres au-dessous du niveau de la mer. Nous sortons une petite demi-heure pour marcher sur la croûte blanche du bassin. Le vent est très chaud, l'air étouffant et le soleil nous brûle la peau. Death Valley porte bien son nom.
Puis, nous reprenons la route... Nous ne manquons pas de passer par Artist's Drive dont les montagnes aux teintes violettes, bleues, roses et jaunes nous confirment que nous nous trouvons bien dans un autre monde. Et nous continuons jusqu'à une nouvelle apparition, celle de dunes de sable blanc. On est à Mesquite Flat Sand Dunes. Le soleil se couche, la lumière est incroyable et les paysages aussi. Nous roulons jusqu'à la tombée de la nuit et même un peu plus. Le vent fait traverser le sable du désert sur la route. Nous nous arrêtons pour laisser passer un coyote. Puis, dans les montagnes, au bord d'un lac et enfin dans une vallée qui ne ressemble plus du tout à un désert. Changement de décor.

Bodie, Mono Lake et Tioga Road : sur la route vers Yosemite, CA
bodieSierra Nevada, nous voilà ! Nous avons passé la nuit dans un charmant petit Motel à Independance : Ray's Den Motel. Les températures ne sont plus du tout ce qu'elles étaient hier. On approche plus du 20°C que du 40°C. Je troque mon short pour un pantalon. Avant de nous rendre à Yosemite, nous prenons la direction de Bodie, une ville construite suite à un filon d'or trouvé par un certain Bodey en 1859. Elle connaît sa plus forte population dans les années 1880 avant de décroître progressivement jusqu'à être complètement désertée au début des années 40. Bodie est aujourd'hui une ville fantôme "préservée dans un état de délabrement arrêté". Nous nous retrouvons à nouveau dans un décor de Western mais cette fois c'est une ville faite de maisons en bois au milieu d'une prairie verdoyante. Vous dîtes ?!? La Petite Maison dans la Prairie ? Oui, à quelque chose près, on pourrait dire ça. Quoiqu'il en soit, c'est une visite à ne pas manquer.
Mono Lake vaut également détour. Ce lac salé renferme un écosystème riche et unique notamment en raison de ses particularités chimiques : pH de 10. Ses fameuses colonnes de Tuf, formations argileuses résistantes à l'érosion, sont assez surprenantes. Nous avons pu en voir quelques unes en nous rendant sur un board-walk à l'Ouest du lac, situé le long du Dechambeau Creek. A priori, le meilleur endroit pour observer ces formations se trouve sur la rive Sud.
Puis, il y eut la Tioga Road : le début de notre aventure dans le Yosemite National Park. En empruntant cette route, nous ne nous attendions pas à vivre une expérience aussi inattendue : celle de marcher dans la neige ! Inutile de vous dire que les paysages sont exceptionnels, je ne ferais que me répéter.

Yosemite, CA
Oh, que la nuit fût fraîche ! Crane Flat Campground vient seulement d'ouvrir il y a une quinzaine de jours dues probablement aux conditions climatiques. Ce camping ne se trouve pas dans la vallée mais assez haut en altitude pour qu'on y trouve encore de la neige au mois de Mai. Dès que nous avons vu son ouverture sur le site web du National Park Service, nous avons immédiatement fait une réservation. C'est le genre d'occasion qui ne se présente pas 2 fois.yosemite Avec Yellowstone, Yosemite est probablement un des parcs les plus prisés des Etats-Unis, y trouver un emplacement de tente peut s'avérer quasi impossible sans réservation préalable, à moins de se présenter aux aurores devant le Camp 4 Campground situé dans la vallée, mais rien n'est garanti...  Bref, malgré des nuits glaciales, sur ce coup là on a quand même eu beaucoup de chance.
L'identité de Yosemite est fondée sur ses chutes d'eau, ses versants granitiques et ses plaines verdoyantes traversées par des cours d'eau. C'est véritablement un endroit à découvrir à pieds, d'ailleurs les choix de randos ne manquent pas. Pas assez téméraires pour nous lancer dans l'ascension du Half-Dome, nous nous décidons pour une randonnée passant par deux chutes d'eau : la Vernal Fall et la Nevada Fall. Notre parcours combine deux trails différents : le Mist Trail et une partie du John Muir Trail. Pour atteindre la Nevada Fall et revenir jusqu'à notre point de départ (Happy Isles - arrêt de navette n°16), il nous a fallu un peu moins de 6 heures, soit 11,2 km. Nos arrêts photos étant chronophages, on peut facilement faire cette randonnée en un peu moins de 5 heures.
Ce que l'on a aimé dans ce trail :

  • les chutes d'eau dont le débit à cette période de l'année (mi-Juin) est encore important ;
  • gravir les marches de granit pour se rendre en haut de Vernal Fall ;
  • longer une partie de Merced River ;
  • les points de vue incroyables sur : Half-Dome, Liberty Cap et le Mt Broderick ;

Et, ce que l'on n'a pas aimé :

  • ... !

Difficile de faire les difficiles dans ce genre d'endroit ! D'ailleurs, tous les endroits parcourus pendant notre court séjour à Yosemite, nous ont véritablement enchantés : se balader au coeur même de la vallée et y croiser des biches, cette vision à peine croyable de cette immense chute d'eau (en fait, elles sont deux : les Yosemite Falls), les séquoias que l'on suppose être des séquoias au regard de l'énormité de leur tronc, la petite rando que l'on a faite autour du Mirror Lake etc. Bref, la nature à l'état brute : parfaite.

San Francisco, CA
« C'est une maison bleue, adossée à la colline... ». Pour les plus nostalgiques d'entre vous, c'est par ici. Ayant servi de décor à bon nombre de films américains, avant même d'y mettre un pied, les images associées à San Francisco sont souvent celles : de la prison d'Alcatraz, du Golden Gate Bridge, des maisons victoriennes colorées, des collines dignes de montagnes russes, et des Cable Cars (tramways à cable) que les piétons empruntent alors qu'ils sont toujours en marche.san francisco
Après quelques heures passées dans la ville, toutes ces images ancrées dans notre esprit deviennent réalité, toutes exceptées peut être Alcatraz qui restera une île observée de loin. C'est probablement l'endroit le plus visité de la ville, et sans réservation, il est juste impossible d'obtenir une place même pour une visite de jour (celle de nuit étant "sold out", des semaines à l'avance). Tant pis, à la place nous passons une partie de la matinée à déambuler le long des Piers jusqu'au touristique Fisherman's Wharf et observer les lions de mer. Un peu par hasard, nous tombons aussi sur le Musée Mécanique (entrée gratuite) dont la particularité et de regrouper des centaines de vieux jeux d'arcades, d'antiques automates et autres bizarreries (comme des kinétoscopes). Tout ou presque est en état de fonctionner moyennant quelques quarters. Si vous y emmenez des enfants, méfiez-vous à l'effet addictif de certains jeux... en y repensant, la remarque marche aussi pour les plus grands ! A un moment donné, il a bien fallu décoller pour d'autres endroits encore inexplorés de San Francisco. Guide touristique à la main, nous planifions un parcours à suivre pour le reste de la journée :

  • d'abord Lombard Street, la fameuse rue en lacet ;
  • Chinatown, véritable ville dans la ville ;
  • un tour de Cable Car jusqu'au Painted Ladies, les célèbres maisons colorées de style victorien ;
  • puis, direction Le Castro pour honorer Maxime et la maison bleue de sa chanson.

Ok, on vous l'accorde, la dernière étape n'était pas franchement nécessaire mais elle nous a permis de crapahuter un peu plus dans la ville et de découvrir certains lieux sympas comme le Mission Dolores Park à l'ambiance relax et festive. San Francisco, charmante ? Définitivement, oui. Sa brise iodée et ses odeurs de bons petits plats nous ont tout de suite conquis. Des airs de villes françaises de bord de mer ? Et bah oui, pourquoi pas ?!?

Testé et approuvé :
1) pour les amoureux de la bonne bouffe (c'est-à-dire à peu près tout le monde), San Francisco n'est pas le pire endroit aux Etats-Unis pour se restaurer, bien au contraire !
2) pour se loger, tout le monde vous le dira, rien n'est vraiment abordable dans le centre-ville excepté les auberges de jeunesse, nous avons pris le parti de s'excentrer un peu et de prendre un Motel à Berkeley ;
3) la ville de San Francisco est super bien desservie en transport en commun, pour un pass à la journée compter $20.00.

Et il y eut un lendemain...
mais pas à San Francisco, puisque nous décidons de traverser le Golden Gate Bridge pour des contrées moins bitumées, et nous rendre au Muir Woods National Monument, une forêt de "redwoods", une espèce de séquoias poussant uniquement sur la côte. Attention, à la différence des "giant sequoias" (les fameux), les "redwoods" poussent beaucoup plus en hauteur mais ont des troncs beaucoup moins larges. Une autre chose sympa à faire de l'autre côté du pont, c'est la visite du Point Bonita Lighthouse qui donne une superbe vue sur la baie et la Golden Gate. Le soir venu, le coucher de soleil est aussi à ne pas manquer...

SEMAINE 3

La côte Pacifique, Highway 1 CA
big surIl nous a fallu un peu plus de 3 jours pour rallier San Francisco à Los Angeles via la Highway 1, une magnifique route côtière. De nombreux arrêts étaient donc au programme. Avant même de commencer notre descente, dès San Francisco, nous avions remarqué un brouillard permanent à quelques miles de la côte. Malheureusement, ce phénomène s'accroît pendant l'Eté, et tend même parfois le matin à recouvrir aussi les terres. Heureusement pour nous, les quelques jours où nous nous sommes retrouvés à longer la côte, ce brouillard s'est cantonné à rester un peu plus au large, nous laissant une vue à peu près dégagée. De ce voyage le long du Pacifique, nous retenons en vrac et dans une liste non-exhaustive : la petite ville coquête de Carmel et sa charmante plage, le sable violet de Pfieffer Beach, la plage cachée derrière notre camping (à Andrew Molera State Park), les couleurs de l'Océan, la petite rivière de Partington Cove Creek s'écoulant jusqu'à la mer, la magnifique chûte d'eau côtière de McWay Beach, les éléphants de mer et le château (Hearst Castle) tout près de San Simeon, le petit village très typique de Morro Bay et ses pêcheurs au lancer, la plage interminable de Pismo Beach (et son trafic routier !!!), les grandes dunes de Guadalupe etc. Il y eut aussi Solvang, ce petit village danois au milieu de nulle part, et notre petit déjeuner à Santa Barbara où l'on resta un long moment à observer le mécanisme de la vieille horloge du palais de justice. Cette côte est tout simplement une succession de cartes postales que l'on a presque honte d'avoir englouti en seulement quelques jours.

Los Angeles, CA
ou L.A. pour se la péter un peu. Pas forcément sur notre programme de départ, nous nous décidons tout de même d'y passer une journée. C'est toujours un peu casse-tête de visiter une ville en seulement 24h00, et qui plus est une très grande ville comme L.A. Après être anecdotiquement passés devant Malibu Beach et Santa Monica, nous prenons nos quartiers dans un Motel de Chinatown aux alentours de midi. Pour cette première demi-journée, nous décidons de laisser la voiture au parking et de prendre les transports en commun afin d'être plus efficace dans nos visites. Nos tickets de métrorail en poche, nous partons pour le très touristique et célèbre Hollywood Boulevard. En chemin, nous faisons un court détour par le mythique Angels Flight, connu pour être le plus petit funiculaire au monde. A notre grande déception, il est en panne... Et bien, ce sera pour une prochaine fois, ou pas...
walk of fame C'est ensuite lunette de soleil sur le nez, veste à paillettes et cabriolet rouge que nous descendons Hollywood Bd, telles de vraies vedettes de cinéma. Ah non, ça c'est le rêve que j'ai fait quand je me suis endormie dans le métro nous emmenant à Walk Of Fame. Les étoiles, les étoiles, les étoiles... A force d'avancer tête baissée pour trouver les étoiles de mes stars préférées, j'en ai quasiment perdu ma moitié que j'ai finalement retrouvée collée aux basques de Ben Stiller, enfin, du moins, à ses empreintes de basques. Devant le Grauman's Chinese Theatre, un nouveau jeu s'est alors offert à nous, comparer la taille de nos mains et de nos pieds avec nos acteurs et actrices préférés. Meryl Streep a de petites mains (un peu comme les miennes d'ailleurs), quant à Quentin Tarantino, trouver chaussure à son pied ne doit pas toujours être chose aisée étant donné la grandeur impressionnante de ses pieds ! Après ces différents constats qui ont définitivement changé le cours de notre existence, nous reprenons le métro pour passer la soirée à Venice Beach. De l'ambiance folle et loufoque, nous ne verrons pas grand chose excepté peut être un gros bodybuilder en tenue stretching de sport bleu jouant avec ses petits chiens. Dit comme ça, ça n'a rien d'extraordinaire mais je vous garantis que la scène avait un petit quelque chose de surréaliste. Finalement, nous ne restons qu'à peine 2 petites heures là-bas, probablement pas assez pour sentir l'ambiance de cette plage que l'on vante si excentrique. Peut-être pas la bonne heure de la journée non plus...

Nous ne pouvions pas partir de Los Angeles sans avoir visité un studio. A la dernière minute (comme d'hab'), nous réservons 2 places pour un tour guidé des Studios Paramount. Si ce nom vous dit vaguement quelque chose, les films que ces studios ont produit vous parleront certainement un peu plus : Forest Gump, Titanic, Le Parrain, Top Gun, Transformers, Shutter Island etc. On est ressorti carrément enchanté de ce tour de presque 3h00. Notre jeune guide, étudiante en cinéma, a su captiver le petit groupe de 8 personnes que nous étions. La visite se fait à la fois à pieds et en voiturette électrique. Elle est agrémentée de petits extraits de films diffusés à l'aide d'une tablette qui viennent compléter les infos et anecdotes données au fil du parcours. Lors de notre tour, on a également eu accès à un plateau télé, celui du talk show américain : Dr Phil, une émission assez populaire aux Etats-Unis. C'était plutôt très chouette de se retrouver dans l'envers du décor, c'est quelque chose que ni Jean-Baptiste, ni moi avions déjà testé. Vous l'aurez compris, s'il y a bien une seule chose à ne pas manquer à Los Angeles c'est une visite de studios. A noter pour les moins anglophones d'entre vous, Warner Bros Studios proposent des tours en français. Avant de quitter L.A., nous nous accordons une dernière vue de la ville du haut du Griffith Observatory. Cet observatoire astronomique nouvellement rénové offre également un excellent point de vue sur le Hollywood Sign.

Joshua Tree, CA
joshua treeLe Joshua Tree ou arbre de Josué en français est une espèce spécifique de Yucca que l'on trouve principalement dans le désert des Mojaves situé dans l'Ouest des Etats-Unis (source : Wikipédia). C'est dans la partie Sud de ce désert, dans le Joshua Tree National Park qu'il est le plus facilement observable.
Comme on trouvait ça rigolo de faire du camping dans le désert : la chaleur et les serpents à sonnettes nous plaisant particulièrement, on s'est dit : « Allez, on y va ! ». Ouais, en fait, pas vraiment. En plus de ces arbres un peu étrange que sont les Joshua Trees, c'est aussi la perspective de pouvoir observer parfaitement la Voie Lactée qui nous a poussé à venir dans ces contrées arides. En effet, vous n'êtes pas sans savoir que les "no man's land", comme les déserts par exemple, sont des lieux tout à fait propice à l'observation des étoiles en raison notamment de l'absence de toute pollution lumineuse. Tout ceci étant, c'est plein de courage que nous arrivons à la nuit tombée au sein du State Park à la recherche d'un emplacement pour notre tente. Croiser un coyote parmi les emplacements de camping ne nous rassure pas vraiment, mais maintenant qu'on est là, on ne va pas jouer les poules mouillées. Pour profiter du ciel étoilé, nous n'installons que la moustiquaire de notre tente. Et comme promis, le spectacle est grandiose. Le lendemain matin, en raison de la forte chaleur, nous limitons nos déplacements dans le parc à quelques randonnées faciles : Barker Dam, Arch Rock et Skull Rock, et à un trajet en voiture jusqu'au Keys View offrant une vue panoramique sur la vallée de Coachella et sur la faille de San Andreas.

Sur la route du RETOUR

Route 66
Ancienne route U.S. reliant Chicago dans l'Illinois à Santa Monica en Californie, The Mother Road est aujourd'hui davantage un patrimoine historique de 2 280 miles qu'une voie réellement empruntée pour traverser les Etats-Unis. Il nous a donc fallu sortir des grandes 2 x 2 voies américaines pour pouvoir tracer la mythique route 66. Les stations services désertées, les bâtiments abandonnés et les vieux panneaux publicitaires donnent une certaine authenticité et un charme un peu glauque à cette vieille route autrefois très utilisée. Parce que chargée en Histoire (tracée elle-même sur d'anciennes routes), la route 66 regorge de curiosités.oatman La ville d'Oatman en est un bon exemple. Ce village perdu entre Needles et Kingman a connu son heure de gloire grâce à un important filon d'or trouvé au début du XXème siècle. Pendant un temps ville fantôme, elle vit aujourd'hui grâce au tourisme. Ses vieilles histoires de fantômes, ses "wild burros" (= ânes sauvages), son hôtel au mur recouvert de billets de $1.00, et ses anciens bâtiments en bois transformés pour la plupart en petits commerces, font toute l'attractivité d'Oatman. Mon meilleur souvenir : assis sur un banc sous le préau du Olive Oatman Restaurant, à manger un cornet de glace à la menthe, tout en observant les ânes se chamailler (à propos de ma glace) et les touristes déambuler dans l'unique artère commerçante de la ville. De la route 66, nous retenons aussi notre rencontre à Holbrook avec ce retraité, passionné de vieux modèles Volkswagen. Arrêtés dans une station service (que l'on croyait abandonnée) pour prendre quelques clichés de vieilles coccinelles à l'état de carcasse, un gars plutôt âgé arrive au même moment avec un pick-up blanc. Ce n'est autre que le propriétaire des lieux. Après quelques secondes, on comprend qu'il est venu là pour taper la discute. Et pour notre plus grand plaisir, le bonhomme nous fait même entrer dans les locaux de son garage pour nous montrer son dernier projet en cours : la rénovation d'une coccinelle auquel il souhaite ajouter un moteur supra puissant (il prévoit de lester quelque peu la voiture)... The Mother Road terrain de jeu pour les bikers et les amoureux de vieilles mécaniques : ce mec en est la preuve vivante.

De Flagstaff à Gallup, au pays des merveilles
Si vous passez dans le coin, faites comme nous, ne ratez pas le Wupatki National Monument ainsi que son voisin le Sunset Crater Volcano. Sans rentrer trop dans les détails, sinon cet article va finir par devenir un livre, le premier site regroupe de nombreuses ruines de villages construits par des amérindiens (les Sinaguas) au début du XIIème siècle. Les constructions les plus importantes se trouvent juste derrière le Visitor Center.sunset crater volcano Quant au cratère du volcan dont la dernière irruption date de moins de 1000 ans, une randonnée (pour protection du site, limitée au pied du volcan) s'impose d'elle-même tant les traces de son activité sont encore visibles. Les paysages de cendre et de lave en fusion (solidifiée bien sûr) sont époustouflants.
Puis, c'est poussé par la curiosité que nous nous sommes rendus jusqu'à Meteor Crater. Situé à environ 60 km à l'Est de Flagstaff, ce cratère immense s'est formé par une météorite tombée sur Terre il y a environ 50 000 ans. Un des plus gros fragments extraits se trouve à l'intérieur du musée qui jouxte le cratère. L'occasion pour nous d'en savoir un peu plus sur le sujet, et d'apprendre qu'un cratère de météorite d'une vingtaine de kilomètres est aussi répertorié en France dans la commune de Rochechouart. Les traces de son impact n'étant plus vraiment visible à la surface du sol, ce cratère est donc légèrement moins touristique que son copain cratère de l'Arizona ;) Pour continuer dans les bizarreries géologiques, nous nous rendons ensuite jusqu'au parc national de la Forêt Pétrifiée où nous verrons des troncs d'arbres pétrifiés dans la roche. Ces arbres datés du Trias (avant les dinos) se sont lentement transformés en roche grâce au silice présent en abondance dans les couches sédimentaires dans lesquelles ils se sont retrouvés enfouis. Le mouvement des plaques combiné à l'érosion fait qu'on peut les observer aujourd'hui. Petrified Forest est également un excellent endroit pour voir des ruines "pueblos" (anciens villages amérindiens) ainsi que des pétroglyphes, sortes de dessins symboliques, pigmentés ou non, gravés dans la roche . Et parce que nous finissons notre visite du parc à la tombée de la nuit, nous avons la chance d'assister au spectacle incroyable du coucher du soleil sur les collines colorées du Painted Desert. Topissime ! Dernière chose, attention où vous mettez les pieds, croiser un serpent à sonnette est vite arrivé...

The Blue Hole, Santa Rosa NM
Ce matin, après quelques heures passées dans la voiture, nous nous accordons une petite pause baignade à Santa Rosa. L'endroit dans lequel nous nous baignons n'a rien de banal puisqu'il s'agit d'un trou d'eau de 25 mètres de profondeur alimenté par des sources souterraines. De ce fait, l'eau à température constante de 61°F (un peu plus de 16°C) est renouvelée continuellement lui assurant ainsi une transparence presque totale. The Blue Hole est aussi connu pour être un repère pour les adeptes du "scuba-diving" (plongée sous-marine). Une piscine naturelle exceptionnelle en somme. Et pour nous, un excellent moyen de se rafraîchir sur la route qui nous mène vers la Géorgie.

Hot Springs, AR
Dernier arrêt sur notre carnet de route.
hot springsAutant nous avons kiffé les eaux fraîches du Blue Hole de Santa Rosa, autant les sources chaudes de Hot Springs ne nous font pas rêver des masses. Le mercure atteignant presque les 32°C, loin de moi l'idée de prendre un bain chaud même si pourtant les "bathhouses" (bains publics) sont plutôt monnaie courante à Hot Springs. C'est d'ailleurs sur son activité thermale que la ville a fondé sa notoriété. On est bien d'accord que le meilleur moment pour visiter Hot Springs c'est en Hiver, et surtout pas en plein mois de Juin... Ceci étant, toucher une eau émergeant d'une source naturelle à une température moyenne de 62°C est toujours une expérience intéressante. Tous les bains se trouvant dans l'artère centrale de Hot Springs sont la propriété du National Park. Seulement deux d'entre eux sont encore en fonctionnement toute l'année, deux autres sont en rénovation, un sert de brasserie (ouais, c'est bizarre cette reconversion, probablement marketing comme idée), un autre est une galerie d'art, et un autre accueille le Visitor Center qui fait également office de musée. N'étant pas vraiment pressés de rentrer à la maison, on va passer un petit moment à flâner dans le "bathhouse museum" du Visitor Center, une rénovation à l'identique de ce qu'était le "bathhouse" avant sa fermeture au début des années 60. Immergés au milieu d'un mobilier d'un autre temps, on a l'impression d'avoir fait un bon dans le passé. Le matériel utilisé par les médecins de l'époque ressemble plus à des appareils de torture qu'à de véritables outils de soin... Bref, c'était très fun pour une dernière visite !
Bon, et maintenant, il est temps de rentrer.

Pour conclure...

Voyage terminé. Nous rentrons nos esprits et nos coeurs pleins.

Monument Valley AZ
Horseshoe Bend AZ
Lake Powell AZ
Antelope Canyon (lower) AZ
Las Vegas, Welcome
Las Vegas
Death Valley CA
Mesquite Flat Sand Dunes CA
Bodie CA
Yosemite, Nevada Fall
Yosemite, Meadows
San Francisco, old train
San Francisco, Painted Houses
San Francisco, Golden Gate Bridge
San Francisco, Muir Woods National Monument
Highway 1, de l'autre côté de la McWay Fall
Highway 1, San Simeon
Highway 1, Piedras Blancas et ses éléphants de mer
Los Angeles, Hollywood Bd
Joshua Trees CA
Route 66
Wild Burros à Oatman AZ
Sunset Crater Volcano AZ
Cratère de météorite, 60 km à l'Est de Flagstaff AZ
Petrified Forest National Park AZ
Petrified Forest National Park AZ
Petrified Forest National Park AZ, sunset
Blue Hole, Santa Rosa NM
Hot Springs AR, les source chaudes
Sunset, on the road... I do not remember where...

Commentaires

J'y retourne ....

L'expérience du grand Ouest Américain est unique ! Les paysages sont tout simplement exceptionnels... A vivre et revivre.

  • “The Oh la la blog” est une production kiwimarin.com
  • Textes & photos par Sophie & Jean-Baptiste